Quelle crème solaire pour cet été ?

 

L’indispensable des vacances, qui rime avec un teint hâlé, c’est la crème solaire destinée à bien protéger sa peau contre les rayons UV. La choisir de qualité, adopter les bons gestes et éviter certaines erreurs permettra de préserver la peau en bonne santé.

 

Bon à savoir

Les filtres sont les principaux actifs d’une crème solaire dès lors qu’ils protègent la peau contre les UVA et les UVB. L’indice de protection (SFP) concerne les UVB, qui endommagent la couche superficielle de la peau, et garantit une protection contre les UVA, qui pénètrent profondément dans la peau, au moins égale au tiers de la protection UVB. Une crème avec un indice de protection élevé affichera un IP ou SPF 50 +, ce qui n’empêchera pas de bronzer, mais protégera la peau contre le vieillissement cellulaire prématuré. Afin de bien apprécier le degré de protection à choisir en fonction de son phototype, le conseil de votre pharmacien vous sera utile. Mais attention, selon les experts, nous devrions être plus généreux que nous ne le sommes avec la quantité de crème à étaler, au risque d’avoir une protection moindre que celle indiquée sur le produit. La bonne dose à appliquer serait l’équivalent d’une cuillère à café par bras, deux par jambe, la même quantité pour le dos, et au moins une cuillère à café pour le visage ainsi que pour le cou et le décolleté. Un écran solaire protège en moyenne deux heures. Il est détruit par la sudation et l’eau, même s’il est « waterproof ». Il doit donc être renouvelé très régulièrement. Les crèmes solaires ont une date de péremption et se conserve en général 12 mois après l’ouverture. Toutefois, il est déconseillé de réutiliser sa crème de l’an passé, même si le tube n’est pas fini. La générosité est décidément de mise pour être certain d’avoir une bonne protection solaire !

 

Savoir bien se protéger

La crème solaire ne suffit pas. Il est préférable de ne pas s’exposer entre 11 heures et 17 heures. Les risques de brûlures sont alors moindres, les rayons ultraviolets étant plus filtrés, ils sont moins nocifs pour la peau. Se méfier également des temps brumeux, les nuages ne filtrent que 50 % des ultraviolets. Lunettes, chapeau, vêtement couvrant, feront également partie de la panoplie estivale. L’utilité d’une protection solaire ne se limite pas à la plage ou à la piscine. Farniente dans le jardin ou à la terrasse d’un café, promenade en ville nécessitent aussi de protéger sa peau du soleil. Certains produits solaires laissent sur la peau un "toucher sec" plus adapté à une activité urbaine.

 

Protection solaire : minérale ou chimique ?

Dans les crèmes solaires traditionnelles, les filtres sont de synthèse et issus de la pétrochimie. Regardez la composition du produit solaire retenu pour vous assurer qu’il ne contient pas de perturbateurs endocriniens, et vérifiez les substances suspectées sur les listes INCI (la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques), même si la plupart des marques européennes retirent peu à peu les filtres nocifs pour la santé. Sachez que les filtres solaires chimiques ne fonctionnent pas immédiatement après avoir étalé la crème sur la peau. Il faudra attendre de 20 à 30 minutes pour être protégé.

Avec l’engouement pour le bio qui s’étend de plus en plus aux produits cosmétiques, les écrans solaires bio ont beaucoup évolué et offrent un niveau de protection identique à ceux synthétiques. Ils répondent aux normes de composition et d’étiquetage imposées par les directives européennes sur les cosmétiques. Dans les crèmes solaires bio, des filtres minéraux sont utilisés, tel le dioxyde de titane ou l’oxyde de zinc. Ils fonctionnent en reflétant les rayons du soleil sur la peau pour arrêter les rayons UV, comme des miroirs. Sans conservateur ni parfum de synthèse, sans parabène… Les formules naturelles renferment des huiles végétales pour assurer la souplesse de la peau. Au fil du temps, leur texture est devenue plus fine, moins blanche et moins collante, toutefois, elles restent souvent encore un peu difficiles à étaler.

 

Et l’écologie ?

Choisissez un produit à la formule biodégradable pour ne pas abîmer les lieux de baignade, préférez les filtres liposolubles (pas les solaires waterproof) et une formule sans silicones ni parabènes pour protéger les fonds marins… Un bon produit solaire ne devrait-il pas que contenir des filtres et une formule sans danger pour l’utilisateur et l’environnement ?